mercredi 30 décembre 2009

Verrines colorées : betterave, endive, jambon



Comment réaliser une petite entrée délicate et rayonnante de couleurs en quelques minutes seulement ? En choisissant de confectionner des verrines ! Ce mode de préparation ouvre un champ de possibilités très large et permet des associations qui seraient difficilement présentables dans une assiette. Parce qu'il ne faut jamais perdre les restes du réfrigérateur, il convient de stimuler son imagination pour chaque occasion. Voici donc une recette de verrine parfaite pour finir endives, betteraves, et jambon dans un cocktail de saveurs qui s'accordent très bien ensemble !
Le seul point négatif de cette recette ? C'est tellement bon qu'on s'empresse de racheter des endives et des betteraves pour la réaliser... mais que cela ne les finit jamais entièrement... Quel malheur !

Bref, cessons ces lamentations, place à la recette !

Verrines colorées : betterave, endive, jambon...
Pour 3 personnes
  • 1 grosse endive
  • 1 betterave rouge de taille moyenne
  • 3 cuillères à soupe de mayonnaise
  • 2 tranches de jambon blanc
  • 1 oeuf


Mettre l'oeuf à cuire (il doit être assez dur pour pouvoir émietter son jaune, laissez-le donc bien 8 minutes à partir de l'ébullition).

Pendant ce temps, couper l'endive et la betterave en cubes. Hacher finement le jambon.

Placer l'endive dans le fond de chaque verre. Ajouter la mayonnaise et bien mélanger.

Recouvrir de jambon haché puis de betterave. Emietter l'oeuf sur le dessus.

lundi 28 décembre 2009

Bûche de Noël



Noël est passé, la bûche aussi ! Chacun a sa recette, ses parfums préférés, ses petites habitudes. Pour ma part, elle a toujours été au café. En revanche avec le temps, le procédé de fabrication a évolué... Sus à la crème au beurre ! Vive la crème pâtissière et un glaçage croquant au cacao !


Bûche de Noël au café

Ingrédients
Crème Pâtissière
  • 1 oeuf + 1 jaune
  • 30g de sucre
  • 30g de farine
  • 30cl de lait
  • 1 petite tasse de café très fort (ou 1 cuillère à soupe de café soluble dans très peu d'eau bouillante)

Génoise
  • 4 oeufs
  • 100g de sucre
  • 100g de farine
  • 1 sachet de sucre vanillé

Glaçage
  • Cacao
  • Sucre en poudre
  • 1 petite tasse de café très fort (ou 1 cuillère à soupe de café soluble dans très peu d'eau bouillante)



Préparer la crème pâtissière :
- Après avoir déjà travaillé le jaune et l'oeuf entier, ajouter progressivement le sucre en poudre puis la farine tamisée.
- Faire bouillir le lait en ajoutant juste avant les premiers bouillons le café.
- Verser dans le mélange d'oeuf en mélangeant bien.
- Remettre le tout dans la casserole et faire chauffer à feu très doux jusqu'à légère ébullition. Retirer du feu, laisser refroidir en tournant de temps en temps pour éviter la formation d'une peau.

Préparer la génoise :
- Préchauffer le four à 180°.
- Mélanger le sucre avec les jaunes d'oeufs. Ajouter la farine tamisée et le sucre vanillé.
- Battre les blancs en neige, les incorporer avec délicatesse.
- Beurrer généreusement une plaque, couvrir de papier sulfurisé et verser la pâte dessus. Répartir uniformément.
- Enfourner une dizaine de minute : il doit être légèrement doré et dégager une bonne odeur de biscuit.
- Démouler sur un linge humide saupoudré de sucre en poudre.

La bûche :
- Répartir la crème pâtissière sur le biscuit. Rouler bien serré, couper les extrémités et les poser sur le dessus en guise de cheminées.
- Poser sur un le plat de service et préparer le glaçage : imbiber légèrement la surface de la bûche avec du café. Tamiser de cacao et de sucre glace selon vos envies.

vendredi 18 décembre 2009

Croquettes de pomme de terre farcies au jambon cru et leur velouté de tomate


Brr. Neige. Froid. Grippe.

Réchauffons-nous ! Cuisinons ! Voici une recette qui conviendra parfaitement à la saison. J'ai inventé ces petites croquettes de pomme de terre farcies au jambon cru, il y a quelques temps, juste avant de manger. Faciles à faire, et cela, en un temps record si vous disposez d'un reste de purée, ou de pommes de terre cuites à l'eau, et accompagnées de leur velouté de tomate au romarin, elles feront un plat équilibré qui ravira les convives. J'ai choisi de paner mes croquettes avec de la semoule pour obtenir quelque chose de plus fin, mais libre à vous de la remplacer par de la chapelure ordinaire (faite maison, c'est d'ailleurs bien meilleur).
Faisons court, faisons bref, place à la recette !

Croquettes de pomme de terre farcies au jambon cru et leur velouté de tomate au romarin
(pour 2 personnes)
Les Croquettes :
  • 3 grosses pommes de terre cuites à l'eau ou un reste de purée (vous pouvez bien sûr réaliser la purée au moment de faire la recette)
  • 2 tranches de jambon cru
  • 1 oeuf
  • Farine
  • Semoule fine (ou chapelure).
  • Noisettes de beurre

Velouté de tomate au romarin
  • 3 cuillères à soupe de crème épaisse (ou à défaut, liquide)
  • Une poignée d'emmental râpé
  • Un peu de concentré de tomate
  • Romarin


Ecraser les pommes de terre avec une noisette de beurre (si elles sont froides, les placer près d'une source de chaleur quelques instants).

Ajouter le jambon cru coupé en dés

Battre l'oeuf, le saler et le poivrer.

Façonner des boulettes de pomme de terre, les fariner puis les passer dans l'oeuf. Recouvrir de semoule. Pour faciliter cette opération, munissez-vous d'un bout de papier aluminium sur lequel vous déposerez vos boulettesà chaque étape (avant de les fariner, après le passage dans l'oeuf...), cela vous évitera de gâcher trop de semoule et de salir votre plan de travail.

Faire fondre du beurre dans une poële, attendre que celle-ci siot très chaude pour déposer les boulettes (cela permet de "saisir" les boulettes, et d'obtenir une belle croûte dorée). Baisser le feu et laisser cuire quelques minutes en les retournant de temps en temps.

Pendant ce temps, préparer le velouté. Faire fondre à feu doux la crème épaisse avec l'emmental. Ajouter le concentré de tomate. Saler, poivrer. Juste avant de servir, ajouter le romarin.

Dresser les assiettes en versant le velouté à côté, ou sur les croquettes.

mardi 3 novembre 2009

Charlotte au citron légère et savoureuse




Il fait frais... et pourtant je rêvais de manger un dessert aux accents estivaux... Une charlotte au citron ! Certes, ce n'est pas ce qui nous réchauffera en ces temps gris, au froid pénétrant ... mais il n'empêche que le palais se ravit de cette douceur délicieusement acidulée.
Si vous vous en souvenez (vous lecteurs-cuisiniers assidus de La Cuisine de Bélinda) j'avais déjà proposé une recette de charlotte au citron il y a bientôt plus de deux ans. Je dois admettre que je l'avais totalement oubliée. Je me suis donc lancée dans une nouvelle façon de procéder, qui sans être radicalement différente, apporte quand même quelques idées inédites par rapport à l'ancienne.
J'ai trouvée cette dernière plus légère (il n'y a pas d'ajout de sucre hormis dans la chantilly, et l'ajout d'un blanc d'oeuf permet de réduire la quantité de crème). Les morceaux d'écorces de citron finement coupés renforcent le goût acidulé du fruit tout en ajoutant un léger effet croquant qui ravive bien l'ensemble. Selon la saison, des framboises pourront encore relever le tout.





Charlotte au citron légère et savoureuse
Pour 6 personnes
  • 35-40 biscuits cuillère
  • 15cl de crème fraîche
  • 1 blanc d'oeuf (bien frais)
  • 1 citron
  • 1 bonne cuillère à soupe de sucre glace
  • Quelques cuillères à soupe de marmelade de citron (facultatif)
  • Quelques morceaux d'écorces de citron
  • Une poignée de framboises


- Battre la crème fraîche en chantilly avec le sucre glace. (Penser à placer le bol au congélateur avant de commencer la recette).

- Battre le blanc en neige avec un peu de jus du citron pressé. Incorporer à la chantilly. Ajouter l'écorce de citron finement coupée.

- Ajouter un peu d'eau au jus de citron restant (rajouter de l'eau lorsqu'il n'y a plus assez de liquide). Imbiber des biscuits cuillers dedans, les placer un à un contre les parois du moule et sur le fond. Recouvrir de la moitié de la crème chantilly. Ajouter la marmelade.

- Recouvrir avec un nouvel étage de biscuit. Mettre la crème restante et répartir les framboises. Finir par une belle couche de biscuit (les derniers peuvent être un peu moins imbibés).
Réfrigérer une demi-journée... et se régaler !

Idée : rajouter du limoncello ne devrait pas être mal non plus... A essayer !

samedi 31 octobre 2009

Saumon croquant sur lit de légumes


Comment obtenir une belle croûte craquante ? Il y a sûrement plusieurs solutions, pour ma part, j'ai trouvé celle de former une légère coque de sel sur le dessus du poisson et de faire griller le tout quelques minutes au four. Des légumes tels que tomates et épinards accompagneront à merveille ce plat.

Saumon croquant sur lit de légumes (épinards au sésame)
Pour deux personnes
  • 160g de pavé de saumon
  • Epinards (quantité à définir selon vos goûts)
  • 1 grosse tomate
  • 2 cuillères à soupe de crème fraîche
  • Sel, poivre, romarin, sésame, huile d'olive


- Faire cuire les épinards à l'eau bouillante. Les égoutter puis les hacher grossièrement avec une couteau.

- Les faire revenir dans un peu de beurre, ajouter la crème fraîche et des graines de sésame. Réserver au chaud.

- Couper la tomate en lamelles. Les déposer dans un plat allant au four. Verser un peu d'huile d'olive. Déposer le pavé de saumon, saler sur tout le dessus du poisson (pas besoin de mettre beaucoup de sel, il suffit de bien le répartir). Poivrer et ajouter le romarin.

- Faire cuire quelques minutes au grill, le saumon doit être bien doré.

- Servir avec les épinards.

mercredi 2 septembre 2009

Quenelles gratinées soufflées


Le temps de préparation (hors cuisson) de cette recette est incroyablement rapide : 10 minutes vaisselle comprise. La cuisson prend certes assez longtemps (il faut compter 35 minutes) mais une fois le plat enfourné vous n'avez plus à vous en préoccuper.
Cette façon de cuisiner les quenelles est excellente : elles triplent de volume et une croûte savoureuse se forme sur le dessus. Fondant et croustillant se réunissent dans ce plat réconfortant.


Quenelles gratinées soufflées
Pour deux personnes
  • 6 quenelles (faites maison - recette ici)
  • Crème fraîche
  • 35g de gruyère râpé
  • Fromage coupé en dès (comté voire camembert, brie...)
  • Noisette de beurre
  • Noix de muscade, sel, poivre
  • Epices : aneth ou ciboulette ou thym ou paprika (les différentes versions sont toutes délicieuses, à vous de choisir selon vos goûts et vos envies)


Placer les quenelles dans un plat à gratin graissé, en les espaçant légèrement (2-3cm entre chacune).

Verser de la crème jusqu'à mi-hauteur. Combler l'espace qui sépare chacune des quenelles avec un peu de fromage râpé. Ajouter le fromage coupé en dès sur le dessus.

Saler, poivrer, saupoudrer de noix de muscade et ajouter l'épice choisie.

Faire cuire 35 minutes dans un four préchauffé à 210°C. Les quenelles doivent avoir au moins doublé de volume, le dessus avoir formé une croûte et la crème être prise en flan.

Servir dès la sortie du four.

Les Seins de Sainte Agathe


Lors d'un voyage à Turin, j'ai pu goûter à des spécialités siciliennes délicieuses. Fervente lectrice de Tomasi di Lampedusa, j'avais en tête les fameux Seins de Sainte Agathe. De retour à la maison, j'ai donc voulu me lancer dans la confection de cette douceur au nom... évocateur !
Je n'ai absolument pas inventé la recette. Pour une fois, je me suis laissée guidée par les instructions d'un blog où la cuisinière partait elle aussi à la recherche de cette sucrerie évoquée par Lampedusa.
La seule modification que j'apporterais serait de mettre plus d'agar-agar (plutôt 4g à mon avis), sinon, les seins... risquent de s'affaisser. Hum. Bref.
Le blog étant très bien fait, je vous y renvoie ! Le seul petit bémol à noter est qu'il n' y a qu'une seule et minuscule photo. Je vous présente donc les miennes.
Ce dessert porte bien son nom, vous ne trouvez pas (cf. photo d'en haut) ?


Quelques petites versions variées pour changer de la forme originale :

Montécaos à la farine de pois chiche



J'ai eu la chance d'aller en Avignon durant ces vacances (où, soit dit en passant, j'ai pu voir de très bonnes pièces lors du festival). Dans un restaurant de tapas, j'ai été intriguée par des biscuits à base de farine de pois chiche : les mantécaos. La texture de ces derniers est incroyablement fondante et laisse un délicieux goût en bouche.
J'ai essayé de deviner leur composition... J'ai alors pensé à du sucre glace (seule ce sucre me semblait pouvoir donner cet effet impalpable, léger) et à de la vanille. Quand j'ai cherché sur internet, j'ai eu beaucoup de mal à trouver une recette qui me paraissait correspondre à ce que j'avais goûté... jusqu'à ce que je tombe sur ce site où étaient utilisés farine de pois chiche et sucre glace ! J'ai ajouté de la vanille (il faudra aussi que je tente une version à la canelle !) et ça y est j'ai retrouvé les biscuits qui m'avaient tant plu en Avignon !
La confection de ces biscuits n'a pas été évidente au début... la pâte ne se tenait pas du tout. J'ai du changer les proportions indiquées, et rajouter un peu de farine de blé. J'ai fait plusieurs tests pour voir si ajouter de cette farine ne modifiait pas la texture, mais non pas du tout. Ils sont même meilleurs !
Pour ma part, je les place au réfrigérateur pour les conserver. Ils sont encore plus goûteux quand on les déguste ensuite, car ce côté frais s'allie parfaitement avec la texture fondante.

Source : Le Blog de la coquette

Mantécaos à la farine de pois chiche
  • 125ml de sucre glace
  • 125ml d'huile neutre (arachide ou tournesol par exemple)
  • 400ml de farine de pois chiche
  • Farine de blé (en quantité selon les besoins de la pâte)
  • 2 cuillères à café de vanille en poudre


Tamiser le sucre glace dans une grande jatte. Verser l'huile tout en mélangeant avec un batteur électrique. Le mélange doit être bien lisse.

En continuant de battre, ajouter la farine de pois chiche progressivement. Si la pâte ne se tient pas assez pour se former en boule, ajouter de la farine normale.

Etaler la pâte entre deux feuilles de papier sulfurisé sur une épaisseur de 1,5cm et y découper des cercles (environ 4cm de diamètre) à l'aide d'un emporte-pièce.

Déposer chaque biscuit sur une plaque tapissée de papier sulfurisé.

Enfourner 12 - 15 minutes à 180° (ce n'est pas grave s'ils sont toujours un peu mous sur le dessus ils durciront en refroidissant).

Laisser refroidir sur la plaque.

Vous pouvez les placer au réfrigérateur, ils n'en seront que meilleurs !

jeudi 20 août 2009

Makrouts



Le Ramadan commençant dans deux jours, c'est le moment ou jamais pour se lancer dans la cuisine du Maghreb puisque les ingrédients nécessaires se trouvent facilement. J'avais toujours été plutôt réticente à me lancer dans la confection de desserts d'Afrique du Nord car je n'apprécie pas tellement l'eau de rose, la fleur d'oranger, le miel... Mais, après avoir goûté quelques unes des douceurs de cette région dans un petit salon de thé, j'ai changé d'avis ! Cornes de gazelle et autres patisseries orientales sont vite devenues l'objet de mes recherches culinaires.
C'est en voyant de la pâte de datte dans un magasin, que je me suis lancée. Et quelle chance j'ai eu de rencontrer une femme qui m'a gentiment donné sa recette de makrout lors du passage en caisse ! J'ai donc suivi les conseils de cette dame (en arrangeant un peu avec ce que j'avais à la maison... et en fonction de la façon dont réagissait ma pâte qui a failli me prendre au dépourvu !).
Si j'ai eu quelques soucis avec ma pâte après l'avoir laissée reposer (elle était devenu très sèche), j'ai réussi à la rattraper en ajoutant de la fleur d'oranger... Ouf ! Et au moment de la cuisson, j'ai trouvé une astuce pour qu'ils restent bien en forme sans changer de texture : je les ai légèrement farinés avant de les frire.


(Toutes les recettes sont données avec pour unité de mesure le bol, comme je ne savais pas combien de grammes de beurre équivalait à un bol, j'ai fait fondre 100g de beurre et l'ai mesuré dans un verre doseur. Ce poids de beurre correspond en fait à 10cl, ce qui a été bien pratique pour peser les autres ingrédients).

Makrouts frits
Pour une bonne quinzaine de makrouts
  • 100g de beurre
  • Semoule de blé dur moyenne (j'explique comment trouver la proportion dans la suite de la recette, c'est en fait l'équivalent de 2 fois le volume du beurre )
  • Semoule de blé dur fine (l'équivalent d'un volume de beurre)
  • Farine (un volume de beurre)
  • Eau et fleur d'oranger
  • Pâte de date / Pâte d'amande (une belle tranche dans un paquet de 1kg, la quantité doit être suffisante pour que une fois étalée, elle se superpose sur la pâte à makrout)
  • Canelle
  • Miel


Peser le beurre et le faire fondre à feu doux. Le verser dans un verre doseur qui indique les mL ou dans un verre qui servira ensuite à faire les autres pesées.

Mesurer la semoule moyenne (2 fois le volume du beurre), la semoule fine et la farine. Ajouter le beurre fondu et bien mélanger à la main, frotter afin que la graisse enrobe bien les grains de semoule.
Verser un peu de fleur d'oranger dans un bol et diluer avec de l'eau (environ l'équivalent d'un volume de beurre). Ajouter petit à petit à la semoule en travaillant rapidement la pâte. Ne pas tout mettre si la pâte se forme bien en boule et n'est plus sèche. Le mélange doit être homogène, ni trop sec ni trop humide, le secret de la réussite tient dans cet équilibre.

Laisser reposer quelques heures, à couvert.

Malaxer la pâte de datte (et la pâte d'amande si vous voulez en faire avec cet ingrédient) avec une pincée de canelle, et un peu du mélange de fleur d'oranger restant.

Etaler la pâte à makrout( entre deux papiers sulfurisés c'est plus facile, cela ne colle pas sans rajouter de farine) en rectangle. Procéder de même avec la pâte de datte afin d'obtenir un rectangle de dimension légèrement inférieure à celle de la pâte à makrout. La poser sur cette dernière et rouler délicatement (un peu comme lors d'un gâteau roulé).

Découper en losanges. Fariner légèrement avant de faire cuire.

Faire frire dans un bain d'huile chaud. Egoutter sur du papier absorbant puis plonger du un peu de miel tiède dilué avec de la fleur d'oranger.

Les makrouts sont meilleurs en vieillissant, alors n'hésitez pas à la déguster seulement le lendemain!

lundi 3 août 2009

Tarte à la rhubarbe et à la confiture de fraise


C'est une délicieuse tarte sucrée que je vous propose aujourd'hui : une tarte à la rhubarbe et à la confiture de fraise. Il me restait un peu de rhubarbe cuite en compote et je venais d'ouvrir un pot de succulente confiture de fraise. L'idée était née !
Quant à la pâte, elle est originale. J'ai eu envie de mettre un blanc d'oeuf dedans plutôt que du liquide (eau, lait etc.). Le résultat est excellent, et la recette peut-être même encore plus facile à réaliser (on met vite trop d'eau sinon).

Tarte à la rhubarbe et à la confiture de fraise
Pour une tarte de 22cm
  • 250g de rhubarbe
  • 25g de sucre
  • 2 grosses cuillères à soupe de crème fraîche
  • 3 cuillères à soupe de confiture de fraise
  • Une poignée d'amandes effilées
Pâte :
  • 125g de farine
  • 50g de beurre coupé en dès
  • 1 blanc d'oeuf
  • 1 pincée de sel

Eplucher la rhubarbe et la couper en petits cubes.
Pour conserver la rhubarbe, j'ai l'habitude de réaliser une compote, elle conserve très longtemps et s'utilise dans toutes sortes de recettes (verrine, tarte, etc.) et permet de réduire le temps de cuisson (ou d'éviter plus tard cette étape comme pour des charlottes et autres verrines) puisqu'elle est déjà cuite.
Pour la compote :
Mettre la rhubarbe dans une casserole avec un tout petit fond d'eau. Ajouter le sucre et faire cuire une dizaine de minutes sur feu doux jusqu'à l'obtention d'une belle texture (un peu épais, la rhubarbe molle...).
Réserver (elle conserve aisément plusieurs jours au réfrigérateur).
Réaliser la pâte :
Tamiser la farine avec le sel. Ajouter le beurre et mélanger du bout des doigts. Le mélange doit rester friable. Mettre le tout dans du film alimentaire, former en boule et placer au réfrigérateur 15 minutes.
Etaler la pâte directement dans le moule ou l'étaler entre deux couches de papier sulfurisé (c'est beaucoup plus facile ainsi : la pâte ne colle plus à la table et cela sans rajouter de farine !).
Piquer le fond de tarte à l'aide d'une fourchette et faire cuire à blanc 15 minutes à 180° (les bords doivent être légèrement dorés, surveiller).
Pendant ce temps préparer la garniture : mélanger la crème fraîche à la rhubarbe. Ajouter la confiture puis répartir sur le fond de tarte précuit. Saupoudrer d'amandes effilées.
Enfourner une dizaine de minutes.

dimanche 26 juillet 2009

Vacherin à la chartreuse - Faire de la glace sans sorbetière, c'est possible !






Quelque chose de frais, d'onctueux, de savoureux, et d'original : un Vacherin à la chartreuse ( un vacherin est un dessert à base de crème glacée et de meringue). Cette idée me trottait dans la tête depuis un petit moment, le mois de mai pour être précis. Nous étions allés au restaurant en famille pour fêter l'anniversaire de ma grand-mère. La carte proposait des desserts alléchants tels que des vacherins à la chartreuse, mais une fois dans l'assiette, quelle déception ! Ce n'était rien de moins qu'une pauvre boule de glace coincée entre deux bouts de meringue...Pour ne pas rester sur ce bémol, j'ai décidé d'en confectionner un. Heureusement j'ai trouvé une formidable recette sur ce site. Je dois admettre que je n'aurais jamais pensé pouvoir réussir à faire de la glace ainsi, et pourtant quelle réussite ! La préparation n'est pas très longue et ne requiert aucun appareil du type sorbetière ; vous aurez besoin tout au plus d'un batteur électrique, et d'un congélateur.



La crème glacée ainsi obtenue est si bonne que j'envisage d'essayer à d'autres parfums. Je pense notamment l'aromatiser au Grand Marnier et ajouter des fruits confits la prochaine fois. Et pourquoi ne pas se lancer dans une version à la purée de fraise ou de framboise ? Bref, un large éventail s'offre à nous !

J'ai quelque peu modifié la recette car elle n'était pas assez précise à certains points (en ce qui concerne les blancs d'oeufs et la crème par exemple...) mais je tiens à remercier particulièrement ceux qui l'ont élaborée.




Vacherin à la Chartreuse
Pour l'équivalent d'un grand moule à cake
  • 3 oeufs
  • 30cl de crème liquide (pas allégée, cela est indispensable)
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 20g de sucre
  • 3cl de Chartreuse verte
  • 4-5 grosses meringues
  • 4 cuillères à soupe de caramel liquide environ


- Placer au congélateur le bol dans lequel vous battrez la crème en chantilly ainsi que les fouets.
- A l'aide d'une cuillère en bois, mélanger les jaunes d'oeufs au sucre et au sucre vanillé.
- Ajouter la chartreuse.
- Battre la crème fraîche en chantilly (il faut compter 2 bonnes minutes).
- L'ajouter délicatement au mélange précédent (soulever la cuillère, ne surtout pas tourner brutalement).
- Battre les blancs en neige et les ajouter, toujours délicatement (ce sont dans ces opérations que le tient le secret de la réussite).
- Choisir un grand moule à cake : verser le caramel liquide afin qu'il recouvre tout le fond du moule. Emietter une ou deux meringues dessus. A partir de ce moment, verser en alternant des couches de crème à la chartreuse et de meringues émiettées en finissant sur un étage de crème.
- Placer au congélateur plusieurs heures (le doigt doit pouvoir toucher la crème sans vraiment s'enfoncer).
- Pour le démouler : choisir un plat de service. Passer la lame d'un couteau entre les parois du moule et le vacherin pour faciliter le démoulage. Renverser le moule sur le plat et tapoter le fond avec le dos de la main. Si le vacherin ne "tombe" pas facilement, passer une éponge chaude sur le moule.

lundi 6 juillet 2009

Cotes de blettes sur fondue de fromage et jambon cru




Les blettes sont un légume tout à fait délicieux pour un peu qu'on trouve des recettes qui les accommodent... ce qui n'est pas forcément évident et cela, particulièrement pour les côtes. En effet, les feuilles sont bien goûteuses, et je les utilise souvent en tartes (avec des pignons de pin, du parmesan un peu de crème c'est un pur régal !). Par contre les côtes sont assez fades, mais il est hors de question de les jeter car une fois une bonne recette trouvée, elles révèlent tout leur charme !
La recette que je vous propose est une petite invention. J'avais déjà essayé plusieurs associations auparavant mais rien qui ne m'ait profondément marqué, mais cette fois-ci je crois avoir trouvé une version très satisfaisante ! Elle se compose en fait en deux parties : d'un côté, un mélange plutôt provençal (tomates, oignons, huile d'olive, herbes de provence) dans lequel les blettes mijotent à petit feu et d'un autre, un légere fondue de fromage avec du jambon cru. Ajoutons des olives à la préparation et le plat prend toutes ses saveurs !

Côtes de blettes sur fondue de fromage et jambon cru
Pour 3 personnes
  • 350g de cotes de blettes
  • 3 tomates
  • 1 oignon
  • Une poignée d' olives noires
  • 3 cuillères à soupe de crème épaisse
  • 30g d'emmental râpé
  • 3 tranches de jambon cru
  • Herbes de provence
  • Huile d'olive


Faire cuire une dizaine de minutes dans de l'eau bouillante salée les cotes de blette coupées en carrés. Réserver.

Faire fondre l'oignon émincé dans un filet d'huile d'olive. Ajouter les blettes et les tomates coupées en cubes. Laisser fondre, saler poivrer et saupoudrer d'herbes de provence et ajouter les olives. Couvrir et laisser mijoter sur feu doux une dizaine de minutes en mélangeant de temps en temps.

Pendant ce temps détailler le jambon cru en fines lamelles. Le faire revenir avec son gras dans une petite poêle ; une fois qu'il est bien doré et croustillant le retirer. Essuyer la poêle avec du papier absorbant.

Faire fondre la crème épaisse avec le fromage râpé à feu très doux. Poivrer. Ajouter le jambon cru et laisser au chaud quelques minutes.

Pour servir, répartir le fondant de crème et de fromage dans les assiettes et déposer dessus le mélange blettes/tomates. Décorer avec quelques olives noires.

samedi 4 juillet 2009

Mousse au chocolat zebrée





Une recette parfaite pour l'été : pas besoin de four donc pas de chaleur dégagé.
L'idée n'est peut-être pas, en elle-même, hors du commun, mais le mélange des saveurs et des textures est  détonant !
C'est donc une "Mousse au Chocolat Zebrée" que je vous propose... Comment ça "zebrée" ? Tout bêtement parce que je sers celle-ci dans un verre en faisant des étages de chantilly maison.
L'effet est garant.
La préparation de la mousse est certes, un peu délicate, particulièrement l'étape de l'incorporation des blancs en neige. Tout se joue ce niveau, en effet, il faut les amalgamer très doucement, avec beaucoup de légereté grâce à des gestes amples. C'est le secret de la réussite, sinon elle risque d'être granuleuse, ce qui n'est bien sûr pas mauvais au goût, mais nettement décevant pour la texture...

Attention ! Recette à préparer la veille, la mousse au chocolat devant rester au réfrigérateur au moins une demi-journée avant d'être consommée (au grand regret de tous ... mais c'est tellement meilleur ainsi).

Mousse au chocolat zebrée
(pour 8-12 verrines selon leur taille)

Mousse au chocolat :
  • 200g de chocoalt noir
  • 150g de beurre
  • 6 oeufs

Chantilly :
  • 20cl de crème fraîche liquide entière (surtout pas allégée ! On ne peut pas faire de chantilly avec de l'allégée)
  • 10g de sucre glace
  • 5g de sucre en poudre
  • 3g de Fix'Chantilly (facultatif)


Pour commencer préparer la mousse au chocolat :
- Casser le chocolat en petits morceaux et le placer dans un grand saladier (ce saladier sera celui dans lequel on réalisera toute la mousse au chocolat et donc qu'on mettra au réfrigérateur, il doit pouvoir accueillir le mélange entier, c'est-à-dire même après avoir incorporé les 6 blancs en neige).

- Placer le saladier sur une casserole d'eau chaude (frémissante et non bouillante) afin que le chocolat ramolisse.

- Pendant ce temps, faire fondre le beurre. L'ajouter au chocolat en mélangeant à l'aide d'une cuillère à bois.

- Incorporer les jaunes d'oeufs les uns après les autres en mélangeant vigoureusement à chaque fois. Petite astuce : lorsque vous séparez les blancs des jaunes, prévoyez deux saladiers pour les blancs. En effet, vu le nombre de blancs, il vaut mieux les battre en neige en deux foix par exemple 3 et 3 car non seulement ils monteront beaucoup mieux mais aussi cela permet qu'ils ne redescendent pas le temps qu'on les incorpore au mélange).

- Battre les 3 blancs du premier saladier en neige très ferme. Les incorporer au mélange très délicatement, en soulevant la cuillère en bois afin de ne pas les casser. Une fois l'opération terminée, battre les blancs restants et faire de même.

- Couvrir de film étirable et réfrigérer au moins une demi-journée.



Le lendemain : préparation de la chantilly et montage des verrines.
- Placer le bol et les fouets du batteur électrique dans la partie surgelée du réfrigérateur (cela au moins 30 minutes avant de commencer).

- Préparer tous les ingrédients (crème, sucres, fix'chantilly). Battre la crème fraîche pendant 1 minute 30, ajouter les sucres et le Fix'Chantilly puis continuer de battre 2 minutes.

- Remplir les verres au tiers de mousse au chocolat. Faire une couche de chantilly à l'aide d'un poche à douille ou à défaut, d'une cuillère. Ajouter une deuxième couche de mousse au chocolat puis décorer de chantilly. Réfrigérer jusqu'au moment de servir !

mardi 16 juin 2009

Mini tartelettes à l'ananas





Cette fois-ci je vous propose une recette bête comme choux que j'ai inventée pour finir 3 petits fonds de tarte de pâte brisée. J'ai utilisé des mini rondelles d'ananas que j'ai achetées en conserve, mais n'importe quelle sorte d'ananas ferait l'affaire (et même n'importe quel fruit je suppose, mais je dois admettre que l'association ananas/ noix de coco est délicieuse !).





Mini tartelettes à l'ananas
(pour 3 mini tartelettes) [multiplier à volonté selon les quantités de pâte disponibles)
  • 3 fonds de tartelettes (pâte brisée)
  • 4 cuillères à soupe de crème fraîche
  • 2 cuillères à café de noix de coco râpée
  • 3 rondelles d'ananas
  • Amandes effilées

- Faire précuire les fonds de tarte 10 minutes dans un four préchauffé à 210° (bien piquer la pâte avant d'enfourner pour éviter qu'elle ne gonfle durant la cuisson).

- Mélanger la crème fraîche avec la noix de coco. Répartir sur les fonds de tarte (réserver quelques gouttes du mélange).

- Déposer une rondelle d'ananas. Saupoudrer d'amandes effilées et verser le reste de mélange crème/noix de coco.

- Faire cuire 10 - 15 minutes jusqu'à ce que les bords soient bien dorés et le flan bien pris.

dimanche 17 mai 2009

Coques en chocolat fourrées : chantilly aromatisée, crème violette




Voici une recette déclinable à l'infini ! Cela faisait un petit moment que l'idée me trottait dans la tête ; j'avais déjà vu des recettes réalisées à partir de coques en chocolat... La confection de ces coques me paraîssait incroyable... Je me suis quand même lancée. Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est très facile, mais une fois le coup de main pris, on ne s'arrêterait plus !



Il suffit en fait de badigeonner -généreusement- de chocolat fondu des moules en silicone ; laisser prendre au minimum 30 minutes au réfrigérateur et recommencer l'opération une ou deux fois. Le démoulage est certainement ce qu'il y a de plus délicat, mais avec un peu de patience, cela se fait (presque) aisément.



Quant à la garniture... elle est de mon cru ! Je vous propose des chantilly aromatisée au café et un autre au cacao, mais aussi une crème patissière à la violette. A vous de jouer, d'essayer de nouvelles combinaisons (comme de la chantilly à la pâte de pistache... c'est un pur régal).




Coques en chocolat fourrées : chantilly aromatisée, crème violette
Pour une 15zaine de coques (selon la forme des moules en silicone : muffins, madeleines, coeur...)

Les coques :
  • 150g de chocolat noir (mais vous pouvez aussi essayer du chocolat au lait ou blanc ! voire un mélange des trois)

Chantilly café / cacao
  • 20cl de crème fraîche liquide
  • 1 cuillère à soupe de sucre glace
  • 1 cuillère à soupe de sucre en poudre
  • 1 cuillère à soupe de café très fort
  • 2 cuillères à café de cacao
  • Grains de café en chocolat, noisettes pour décorer

Crème patissière à la violette
  • 25cl de lait
  • 1 oeuf (+1 jaune facultatif mais rend plus onctueux)
  • 35g de sucre
  • 30g de farine
  • 2 cuillères à soupe de sirop de violette
  • Confiture de violette, pétales pour décorer



- Réaliser les coques en chocolat :
  1. Faire fondre le chocolat à feu doux (si possible au bain-marie).
  2. Badigeonner généreusement une première fois les moules en silicone.
  3. Laisser prendre au moins 30 minutes au réfrigérateur.
  4. Badigeonner une nouvelle couche de chocolat fondu et remettre au réfrigérateur (on peut également les placer au congélateur pour accélerer le processus). Si vous voyez qu'en démoulant les coques se fissurent répéter l'opération une dernière fois.
  5. Démouler précautionneusement et réserver au frais pendant la confection des garnitures.

Garniture à la chantilly aromatisée :
  1. Battre la crème fraîche dans un saladier placé au congélateur.
  2. Ajouter les sucres en continuant de battre 2 minutes.
  3. En prélever une moitié et y ajouter le café, mélanger légèrement à l'aide d'une cuillère et mettre dans les coques. Placer une noisette ou un grain de café sur le sommet.
  4. Ajouter le cacao tamisé à la chantilly restante et répartir dans les coques.

Si vous choisissez de réaliser la crème patissière à la violette :
  1. Casser l'oeuf dans un saladier, le battre en ajoutant sucre et farine. Faire bouillir le lait avec le sirop de violette et le verser dans le mélange précédent. Transvaser ce mélange dans la casserole et faire chauffer doucement jusqu'aux premiers bouillons. Laisser refroidir et remplir les coques. Décorer avec la confiture et les pétales.

samedi 9 mai 2009

Tartine moelleuse aux brocolis



 Cette recette légère pour l'été, savoureuse, permet de faire manger des brocolis au plus réticents (je suis sûre que même les enfants aimeraient). Moelleuse à souhait, et surtout équilibrée, elle convient également très bien pour un pique-nique.

Tartine moelleuse aux brocolis
Pour 2 tartines
  • 2 belles tranches de pain (assez épaisses)
  • 1 petit bouquet de brocolis
  • 4 cuillères à soupe de crème fraîche liquide
  • 50g d'emmental râpé
  • Huile d'olive
  • 1 Poignée de pignons


- Faire cuire le brocolis quelques minutes : la pointe d'une fourchette doit s'enfoncer facilement mais sans que le bouquet ne s'écrase. Réserver.

- Badigeonner les tranches de pain de crème fraîche.

- Déposer une belle couche de fromage râpé en en laissant un peu pour la finition.

- Répartir le brocolis sur les deux tartines.

- Saupoudrer d'emmental râpé et mettre les pignons. Verser un filet d'huile d'olive.

- Faire cuire 10 minutes dans un four très chaud ou mettre au grill quelques minutes. Le fromage doit être fondu et les pignons colorés.

vendredi 17 avril 2009

Verrines Avocat - Saumon - Carotte


Rien de très compliqué, et sûrement déjà vue des centaines de fois, l'association Avocat-Saumon fumé a néanmoins un charme qui ne me lasse pas. Associé à la carotte et à un soupçon d'oignon, ce mélange prend encore plus de saveur. Quelle fraîcheur dans ces verrines ! Les verres à pied sont le "top" : les étages de couleurs satisfairont les pupilles... quant aux papilles, il suffit de goûte.

Verrines Avocat - Saumon - Carotte
Pour 3 verrines
  • 1 avocat bien mûr
  • 2 tranches de saumon fumé
  • 1 grosse carotte
  • 1/4 d'oignon blanc
  • 1/2 citron


Eplucer l'avocat, le couper en deux et retirer le noyau. Ecraser une moitié à l'aide d'une fourchette. Verser quelques gouttes de jus de citron dessus afin d'éviter une oxydation trop rapide puis assaisonner. Couper l'autre moitié en petits dés et procéder de même avec le citron. Réserver.

Hâcher finement le saumon fumé. Réserver.

Couper l'oingon en très fines lamelles et ajouter à l'avocat écrasé.

Râper la carotte.

Répartir les ingrédients dans les verrines en suivant l'ordre suivant : avocat écrasé - saumon fumé - carotte - avocat en dés.

mercredi 15 avril 2009

Fondant au chocolat et au café


Je ne vais pas faire dans l'originalité aujourd'hui, et oui, je me suis contentée de réaliser une recette d'un très joli blog : "Le monde culinaire de Meriem".
C'est un gâteau au chocolat et au café tout à fait délicieux, pas trop sucré (j'ai encore diminué les quantités) et au léger arrière goût de café qui donne de l'éclat au chocolat. La consistance n'est pas "aérienne" ou mousseuse comme celle du gâteau au chocolat de ma grand-mère, elle est plus compacte ce qui est aussi très agréable. Pour ma part je n'ai pas mis de nutella, car je préféère le chocolat nature.

Gâteau au chocolat et au café

  • 200g de chocolat noir
  • 75g de sucre glace
  • 100g de beurre
  • 25g de farine
  • 25g de Maïzena
  • 3 oeufs
  • 3 cuillères à soupe de café bien fort
  • 1 cuillère à café bien bombée de levure chimique

Préchauffer le four à 150°C.

Couper le beurre en petits dés et le laisser ramollir à température ambiante, le temps de faire fondre le chocolat.

Faire fondre le chocolat avec le café au bain-marie (pour ma part je prends un bol que je place au dessus d'une casserole d'eau chaude).

Travailler le beurre en pommade avec une cuillère en bois, ajouter le sucre glace tamisé. Le mélange doit devenir crémeux, onctueux (si vous êtes pressé le batteur électrique est un bon compromis).

Ajouter les oeufs un à un, bien mélanger et ajouter la farine tamisée avec la maïzena et la levure chimique.

Verser dans un moule beurré et faire cuire 30 minutes (il ne semblera peut-être pas tout à fait cuit mais en refroidissant il sera parfait ; c'est ce qui donne le côté fondant).

Saupoudrer de sucre glace tant qu'il est encore légèrement tiède.

jeudi 9 avril 2009

Naans fourrés : épinards, jambon cru, mozzarella


Quelques idées pour fourrer vos Naan. La version épinard mozzarella italianise le pain indien, pour un résultat original.

Naan fourrés
pour 1 naan fourré (soit pour 1 personne)
  • 1 pain "naan" (cf. la recette ici)
  • Une poignée d'épinards frais ou surgelés
  • 1/2 boule de mozzarella
  • 1 tranche de jambon cru


Faire cuire les épinards à l'eau bouillante. Bien égoutter (on peut également les faire sécher quelques minutes dans une poêle).

Couper le jambon cru en petits cubes en laissant le gras, faire revenir quelques minutes jusqu'à ce qu'il devienne croustillant.

Couper la mozzarella en lamelles.

Couper le naan en deux : mettre les épinards sur un des morceaux de pain. Déposer le jambon cru, la mozzarella, poivrer et reposer la deuxième moitié de pain.

Faire cuire quelques minutes dans un four chaud pour que la mozzarella fonde.

dimanche 8 mars 2009

Pains indiens : Naan



Voici LE coup de coeur du weekend ! J'ai trouvé la recette sur ce site : Espace Aquatou.
Dans mes précédents essais, je ne mettais pas de levure de boulanger dans ma pâte. Je dois admettre que c'est beaucoup mieux. Bien sûr cela nécessite plus de temps, il faut laisser reposer, mais le temps de repos est assez court (bien que suffisant), environ 45 minutes.



Les proportions permettent d'en réaliser un nombre assez important, et comme il me restait de la pâte j'en ai gardé pour aujourd'hui (elle a encore doublé de volume pendant la nuit). Je pense d'ailleurs en faire des sortes de pain fourrés.
J'aime également fourrer ces naan de fromage pour réaliser des cheese naan, idéal pour accompagner un plat indien comme du poulet tandoori.





Source : Espace Aquatou

Pains indiens : Naan
  • 700ml de farine 45 (+ 50ml au moment de pétrir)
  • 1 cuillère à café de sel
  • 25cl de lait
  • 1 cuillère à café de sucre
  • 1 sachet de levure instantanée
  • 1 yaourt nature (de 125g = 4 cuillères à soupe)
  • Graines de sésame (pour ma part de nigelle, une graine de couleur noire très parfumée)
  • Facultatif : Fromage à tartiner (pour garnir)


Faire préchauffer le four à 75°C.

Tamiser la farine avec le sel.

Pendant ce temps faire tiédir le lait, y dissoudre le sucre et ajouter la levure, bien mélanger. Attention le lait ne doit pas être trop chaud (il risquerait de brûler la levure) : pour vérifier la chaleur, tremper son doigt dedans, cela doit être supportable !

Verser ce mélange dans la farine et mélanger à la fourchette. Une fois le tout assez bien incorporé ajouter le yaourt.

Pétrir une dizaine de minutes : ne pas hésiter à rajouter de la farine.

Beurrer un plat et y déposer la boule de pâte, la rouler dedans pour que le beurre l'enrobe bien.

Eteindre le four et faire lever la pâte dedans pendant au moins 45 minutes (plus vous pouvez laisser lever mieux c'est).

Pétrir la pâte de nouveau quelques minutes, puis diviser en petites boules. Malaxer chacune des portions et les étaler au rouleau à patisserie assez finement. Garnir - ou non - de fromage à tartiner puis replier la pâte. Déposer quelques graines de sésame ou de nigelle.

Faire préchauffer le four à 220° - 250° C (mon four n'atteint pas les 250°C, si le vôtre peut arriver à cette chaleur laisser cuire quelques minutes de moins). Mettre la plaque où on l'on fera cuire les naan, dans le four.

Une fois le four arrivé à température, déposer les naan sur la plaque très chaude et faire cuire 5 à 10 minutes (surveiller la cuisson).

dimanche 1 mars 2009

Pâtes à la brousse et aux lardons


Les temps sons plus ou moins frais en ce moment. Un bon petit plat de pâte est alors toujours bien accueilli... surtout quand il est original et savoureux comme celui-ci. J'ai trouvé la recette sur un paquet de Brousse et l'ai accommodée à ma sauce. J'essaie d'accumuler les recettes à base de ce fromage car quand le pot est ouvert (et en général ils sont gros : 400g) il se conserve relativement mal. Ces pâtes à la brousse sont alors parfaites ! Rapide à faire et pratique quand on attend des invités (puisque les pâtes réchauffent dans la poêle), cette recette vous dépannera avec plaisir.


Pâtes à la brousse et aux lardons
Pour 3 personnes
  • 250g de pâtes (par exemple : mini farfalle et mini penne)
  • 150g de brousse
  • 100g de lardons
  • Quelques tomates cerises
  • Herbes de Provence


- Faire cuire les pâtes dans de l'eau bouillante salée et bien les égoutter.

- Faire revenir les lardons sans matière grasse (la leur suffit amplement). Pour un plat plus léger, lorsqu'ils sont colorés, retirer les lardons de la poêle et essuyer cette dernière. Remettre les lardons.

- Ajouter la brousse et faire fondre à feu doux quelques minutes. Saler, poivrer et saupoudrer d'un peu d'herbes de Provence.

- Une fois la brousse bien détendue, ajouter les pâtes et les tomates cerises coupées en quatre. Réchauffer le tout quelques minutes.

- Servir accompagné de parmesan pour ceux qui le désirent.

vendredi 20 février 2009

Tarte aux poires à la frangipane





J'ai fait il y a quelques jours, de la pâte brisée en quantité phénoménale pour essayer des tas de recettes. J'ai donc utilisé des petites tourtières afin d'en avoir le maximum. Je me suis lancée aujourd'hui dans une merveilleuse tarte aux poires. Je rêvais d'associer ce fruit à la frangipane, et bien c'est une réussite incomparable !
Le petit plus ? La servir avec de la glace vanille et de la poudre d'amande et des amandes effilées grillées... on n'est pas loin du divin !
[ J'ai repris la recette de frangipane de la galette des rois ]



Tarte aux poires à la frangipane
  • 1 pâte brisée (pour une tourtière de 18cm si vous utilisez un grand moule à tarte, doubler les proportions)
  • 1 petite poire (pour ma part une Abate)
  • 70g d'amandes en poudre
  • 20g de beurre
  • 10g de sucre
  • 20g de cassonade (blonde et brune)
  • 1 oeuf
  • 1 cuillère à café de Maïzena
  • 5cl de lait
  • 1 Pincée de vanille en poudre
  • 1 cuillère à café de rhum

- Préchauffer le four à 190°C.

- Piquer le fond de tarte avec une fourchette et faire cuire à blanc 10 minutes.

- Préparer la frangipane :
  • Battre l'oeuf avec le sucre et la cassonade dans une casserole. Délayer la maïzena dans du lait (froid) et l'ajouter au mélange précédent. Mettre sur le feu et porter à ébullition en remuant constamment. Le mélange doit épaissir.
  • Retirer du feu et ajouter 50g de poudre d'amande, la vanille, le rhum et le beurre (coupé en dés). Réserver
- Mettre un peu de poudre d'amande sur le fond de tarte et verser la frangipane dessus.

- Laver et éplucher la poire. Couper en fines lamelles et répartir sur la frangipane.

- Faire cuire 15-20 minutes (la poire doit être colorée).

- Servir accompagné ou non de glace vanille et du reste de poudre d'amande grillée (avec quelques amande effilées également !).